LiveMon, la start-up dopée à Free Pascal

L'auteur

Site personnel

Liens sociaux

Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

I. La société LiveMon

En tant que directeur technique (CTO) chez Mailjet puis prestashop, Marc Pertron ne pouvait se satisfaire des solutions de monitoring proposées pour maîtriser une infrastructure grandissante et complexe. Il décide alors de développer sa propre solution de monitoring et fonde LiveMon fin 2015 à Brest.

Image non disponible

Le cahier des charges qu'il met en place est exigeant : il faut réunir le monitoring des infrastructures, des logs et du ping sur une même plate-forme et finement analyser ces données pour prévenir à temps l'utilisateur d'incidents de performance imminents.

Afin de réaliser ce projet, Marc Pertron rassemble autour de lui une équipe expérimentée qui se compose notamment de la vice-présidente EMEA chez Pitney Bowes, du meilleur directeur des ventes d'IBM Systems et du codirecteur technique US de Vestiaire Collective.

Image non disponibleImage non disponibleImage non disponible

Très tôt, LiveMon décroche un partenariat technologique avec le géant américain IBM qui lui ouvre de nouveaux horizons techniques. À ce titre, la société rejoint l'Open-Power Foundation aux côtés de groupes comme Google, Samsung ou Ubuntu.

Puis la start-up ouvre des bureaux à Paris pour accélérer son développement commercial et marketing. Pendant que la société continue de se faire un nom en France, elle planifie déjà son expansion aux États-Unis avec une implantation à San Francisco, appuyée par IMPACT et prévue en avril 2017.

Image non disponible

II. Présentation de la plate-forme

La technologie LiveMon repose sur trois différenciateurs principaux. La start-up tire son nom de l'un d'eux puisque LiveMon signifie en réalité "Live Monitoring" ! En effet, le temps réel est une des caractéristiques essentielles proposées.

Une première fonctionnalité fait que l'outil remonte et analyse des centaines de mesures par seconde afin de proposer aux utilisateurs finaux une analyse fine de leur environnement technique capable de détecter le moindre épiphénomène.

En second lieu, la plate-forme rassemble l'analyse des mesures serveurs, des logs et du ping sous une même interface au même format. L'objectif est de simplifier le monitoring en faisant avec un unique logiciel dans le cloud ce qui requiert d'ordinaire cinq logiciels en moyenne à intégrer, configurer et maintenir sur des serveurs internes.

Enfin, grâce à l'ensemble de ces données, les algorithmes d'Intelligence artificielle ont tout ce qui leur est nécessaire pour trouver les corrélations et tendances qui présagent d'incidents à venir. Les devops, administrateurs et responsables d'infrastructures peuvent alors s'appuyer sur ces alertes préventives afin d'anticiper des incidents de performance et éviter qu'ils ne nuisent à la qualité de service qu'ils garantissent aux employés et clients qui utilisent leurs applications.

Image non disponible

III. Un projet fondé sur Free Pascal

Pour le tableau de bord, ainsi que pour tous les frontaux Web, est utilisée la bibliothèque React en conjonction avec d'autres outils comme ES6 et Webpack. Cette configuration permet de proposer des pages rapides et fluides.

Lorsqu'on l'interroge sur le choix de Free Pascal comme compilateur en production, ce qui pourrait paraître surprenant pour certains, Marc Pertron répond du tac-au-tac qu'il ne connaît pas de compilateur plus stable et efficace que celui-ci. La preuve ? L'application développée pour MailJet, elle aussi fondée sur Free Pascal, a déjà traité plus de dix milliards de mails sans un seul plantage ou ralentissement.

Free Pascal intervient aussi bien au niveau de la bibliothèque d'outils d'Intelligence Artificielle que dans l'élaboration d'outils de bases de données ACID maison. Linux est la plate-forme privilégiée pour le développement. Marc Pertron dit se contenter d'un simple éditeur de texte pour la programmation, mais ajoute que certains de ses collaborateurs utilisent Lazarus. Lui-même souhaite des progrès de cet EDI pour arriver à la qualité du compilateur sous-jacent.

Pour ceux qui douteraient encore de la pertinence de ces choix, Marc Pertron fait aussi remarquer que le Pascal est très lisible et qu'il permet de former en très peu de temps les programmeurs qui ne le connaîtraient pas au départ. Au bout du compte, chacun s'y retrouve, surtout pour le partage et la réutilisation du code au sein de l'équipe.

À ce jour, comme le montrent les photos, l'équipe de LiveMon est jeune et très motivée. Mieux, Marc Pertron recrute des collaborateurs dont le profil est clair : il recherche avant tout des programmeurs Free Pascal expérimentés. Qu'on se le dise : il est toujours possible de contacter cette start-up en pleine expansion et de lui proposer ses compétences !

Pour postuler, il suffit de consulter l'annonce postée ici sur developpez.com !

- - -

Merci à Alcatîz pour ses conseils techniques et à ClaudeLeloup pour sa relecture orthographique.

Vous avez aimé ce tutoriel ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons suivants : Viadeo Twitter Facebook Share on Google+   

  

Les sources présentées sur cette page sont libres de droits et vous pouvez les utiliser à votre convenance. Par contre, la page de présentation constitue une œuvre intellectuelle protégée par les droits d'auteur. Copyright © 2017 Gilles Vasseur. Aucune reproduction, même partielle, ne peut être faite de ce site et de l'ensemble de son contenu : textes, documents, images, etc. sans l'autorisation expresse de l'auteur. Sinon vous encourez selon la loi jusqu'à trois ans de prison et jusqu'à 300 000 € de dommages et intérêts.